Interview de Frédéric Michalak, égérie de San Marina

Lors de la présentation des collections hiver du chausseur San Marina, j’ai pu rencontrer le rugbyman Frédéric Michalak qui est la nouvelle égérie de la marque. J’en ai profité pour l’interroger entre autres sur les liens entre la mode et le rugby.

 

Frédéric Michalak

Frédéric Michalak, en quoi consiste votre partenariat avec San Marina?

Je suis égérie depuis la collection de cette année. Je suis dans la campagne photos que vous verrez un peu partout, sur les abris-bus, etc.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’accepter ?

L’envie est d’abord venue de San Marina qui avait envie de changer ses codes et de présenter la collection homme. J’ai trouvé que les chaussures étaient de bonne qualité. C’est une campagne assez fun, colorée pour faire mieux connaître leur collection masculine.

Beaucoup de marques de vêtements pour homme sont issues du rugby comme Serge Blanco, Ruckfield et Eden Park, comment l’expliquez-vous? On retrouve ce phénomène beaucoup moins dans d’autres sports comme le foot.

Les pionniers ont sans doute été Eden Park. C’est peut-être lié au coté « rugbyman gentleman ». Mais surtout à chaque fois, ça a été une aventure est une histoire. Pour Eden Park, c’est une aventure entre collègues avec un état d’esprit qu’ils ont transmis à travers leur marque. Par exemple, ils n’ont pas hésité à porter un noeud papillon lors de matches de finale et boire une coupe de champagne à la mi-temps. Ils sortaient des codes classiques du sport. Beaucoup de joueurs aiment lancer leur marque et s’essayer à la mode.

ça vous intéresserait de lancer votre marque?

On a essayé il y a une dizaine d’années avec une bande de copains, mais c’était avant tout de la rigolade. Nous n’étions pas assez structuré. On a essayé, sans s’y mettre à fond. Mais personnellement, ça m’intéresse, pourquoi pas avec San Marina.

Qu’aimez-vous porter comme vêtement?

Ce que je porte aujourd’hui : jean, polo, petite veste, écharpe, chaussures tennis ou pointues très classiques, rien d’extravagant. J’aime les habits simples.

Interview de Florent Manaudou

Interview de Frédérick Bousquet