Les motifs amérindiens inspirent la mode homme

Navajo, Apache, Cherokee, Aztèque, Mohican… les motifs et jacquards inspirés des vêtements amérindiens sont très présents dans les collections homme de cet hiver.

Ce sont les motifs emblématiques de la maison Ralph Lauren, chez qui ils sont dénommés “Sud-Ouest américain” ou bien “motifs de couvertures vintages”, ce que je trouve assez étrange étant donné l’évidente inspiration. Ce sont les dessins des tenues traditionnelles des natives americans. “Chez Ralph Lauren, on est davantage dans le folk et le gentleman-farmer que dans l’ethnicisme 1er degré. Mais cette inspiration folk-vintage qui mixte wasp-indien-mexique, c’est typiquement américain. Un artisanat très populaire s’est développé autour de ces motifs aux Etats-Unis“, m’a éclairé Thomas Zylberman, Styliste chez Carlin groupe.

Chez Asos, tous les motifs amérindiens, y compris ceux qui sont de toute évidence Navajo, sont regroupés sous la dénomination “Aztèque”.

 

Je ne suis pas un spécialiste des cultures précolombiennes, mais si je me fie aux résultats de google image :

Navajo c’est ça :

motifs-navajo

Apache :

motifs-apache

Aztèque :

motifs-azteques

Cherokee :

cherokee

Chez Le temps des cerises, on s’est attaché au contraire à nommer les motifs de façon précise.

C’est aussi le motif vedette chez Bonobo cette année chez qui tout est “Navajo” :

Quelques pièces aussi Kaporal qui propose des dessins Navajo, et Esprit qui s’inspire des Aztèques.

D’autres marques ont des interprétations moins littérales, voici des exemples chez The Kooples et MCS. “Je parlerais plutôt d’une inspiration éthno-folk sans références précises sur laquelle on peut projeter un imaginaire venu d’ailleurs“, explique Thomas Zylberman.

 

Cette tendance est récurrente dans la mode femme, on la retrouve tous les ans. C’est moins vrai chez l’homme. D’où vient-t-elle ?

Une marque qui souhaite proposer des pulls jacquard n’a pas un choix illimité de motifs traditionnels. Ces inspirations amérindiennes sont une alternative aux dessins scandinaves, autrichiens-tyroliens et Fair Isle que l’on a beaucoup vus ces dernières années. Mais ce n’est pas qu’un choix par défaut, je pense qu’elle est liée à l’influence des années 70 hippies.