Les jeunes et leurs boxers imprimés

Les marques de sous-vêtements ciblant les jeunes hommes continuent de proposer essentiellement des boxers à motifs répétitifs souvent enfantins.

L’offre de sous-vêtements est pléthorique. C’est l’un des marchés les plus concurrentiels. Il est aussi assez segmenté avec marques et des propositions ciblant les hommes par génération. Une génération considère toujours comme anti érotique l’esthétique de ses ainés. Comme le mimétisme est très fort parmi les hommes, notamment parmi les ados qui souvent aiment faire comme les autres, on observe des tendances très marquées par tranches d’âge.

Beaucoup de marques ciblant les jeunes continuent à ne proposer que des boxers, souvent avec des imprimés ou des messages. Ce sous-vêtement a progressivement gagné des parts de marché dans les années 90 et 2000 jusqu’à représenter 67% des ventes en 2013, et probablement 100% parmi la clientèle jeune qui avait la volonté plus ou moins consciente de se démarquer de le génération précédente. Depuis sa part redescend au profit des slips, elle était de 58% en 2017.

imprimés manga

Parmi les modèles ciblant les jeunes, on trouve un large choix de boxers pour homme. Beaucoup d’entre eux présentent des imprimés avec des motifs répétitifs : des animaux, raton laveur, pingouins… dinosaures, de la nourriture, ananas, des Pokémons avec notamment Pikachu en vedette, Dragon ball, Bob L’éponge, One Piece, Pumbaa dans le cadre de partenariats avec ces mangas et dessins animés.

On voit aussi beaucoup de boxers à message « Mec parfait », « râleur » qui cartonnent au niveau des ventes, sans doute dopées par des achats pour faire des cadeaux.

Les unis font plus sport, moins cocooning. Et plus adulte, mais sont moins drôles. Parmi les unis, aucune couleur ne ressort. Bien que globalement sur le marché, le noir soit la meilleure vente. On voit aussi bien du bleu, que du rouge, du jaune, du vert, du bordeaux… Le seul fait notable c’est la présence cet hiver de beaucoup de coloris pastel comme le jaune pâle, le parme, le bleu pâle, etc.

Au niveau des matières, la tendance est à la protection de l’environnement avec des cotons biologiques sans ogm et cultivés sans pesticides ni herbicides.

Vers un retour du sagging ?

Ce vêtement masculin a perdu son coté intime avec la mode du sagging qui consiste à porter un pantalon baggy un peu trop grand dévoilant tout ou partie de son fessier couvert d’un boxer. Cette mode qui a commencé dans les années 70 à Los Angelès s’est ensuite très largement diffusée à partir des milieux hip hop dans les  années 90. Un look adopté ensuite par des stars « Mainstream » comme Justin Bieber. Il s’est fait bien plus rare ces 10 dernières années, mais semble revenir depuis un an.

Sans aller jusque là, on a vu beaucoup lors des défilés récents le haut de sous-vêtements dépasser des pantalons chez Louis Vuitton, Jacquemus, JW Anderson.

undiz sagging