Comment à son échelle lutter contre le réchauffement climatique ?

Quelques idées simples à mettre en œuvre pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, en particulier de CO2.

Cette annonce devient habituelle : le mois de novembre 2020, est le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde. Comme septembre 2020 était le mois de septembre le plus chaud. Quant à octobre 2020, c’était le plus chaud jamais enregistré en Europe.

La planète Terre est 1,28°C plus chaude qu’avant l’ère industrielle, ce qui provoque dérèglement climatique et montée des eaux.

D’après l’Ademe, les émissions de gaz à effet de serre émis par les activités humaines ont augmenté de 80 % depuis 1970 et de 30 % depuis 1990.

En France, les transports sont le premier émetteur de gaz à effet de serre (28 %), suivi par l’agriculture (20 %) puis l’habitat et le tertiaire (20 %).

Les émissions de CO2 proviennent surtout de l’extraction, de la transformation et de l’utilisation d’hydrocarbures et de charbon. Dans le rapport Five Years Lost, 18 ONG dont les Amis de la Terre France et Reclaim Finance pointent du doigt le rôle joué par les grandes institutions financières françaises qui demeurent parmi les plus gros financeurs mondiaux de l’expansion des énergies fossiles, notamment BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole. La finance mondiale joue un rôle dans le développement de 12 projets qualifiés par les ONG de « bombes climatiques ». Ils consommeraient à eux seuls 75% du budget carbone disponible pour rester sous la limite de +1,5 °C. (paragraphe ajouté le 10 décembre).

L’inertie des pouvoirs publics invite chaque citoyen à prendre les choses en main.

Alors que faire en tant que particulier pour réduire son bilan carbone ?

Maison

  • Si l’on est propriétaire de son logement, le premier conseil est de bien l’isoler. C’est un investissement « auto-financé » puisque des économies seront réalisées sur les factures de chauffage à venir.
  • Eteindre plutôt de mettre en veille tous les appareils électriques : TV, box TV, chaine Hifi, imprimante, etc.
  • Pensez à fermer les radiateurs quand on ouvre les fenêtres. A couper l’eau de la douche quand on se savonne. 
  • Supprimer ses vieux e-mails sur une messagerie en ligne.
  • Opter pour un fournisseur d’électricité « verte ».

Transports

  • Se déplacer le plus possible à vélo. En 2015, 58% des personnes dont le lieu de travail est à moins de 1km se déplacent en voiture. Un trajet qui peut facilement se faire à vélo ou à pieds.
  • En voiture lorsque l’on s’arrête pour une courte durée, couper son moteur. C’est d’ailleurs une obligation prévue par le Code de la route dont le non respect est sanctionné. C’est une contravention de quatrième classe, 135 euros.

Alimentation

  • Acheter des productions locales ou ayant parcouru le moins de distance possible : des mangues d’Espagne plutôt que du Brésil. Des avocats d’Espagne ou d’Israël plutôt que du Pérou ou du Mexique. Des clémentines Corses, etc.
  • Acheter des fruits et légumes de saison. On se passe très bien de tomates, cerises, framboises en plein hiver avec un peu de bonne volonté.
  • Plutôt que des bouteilles d’eau de source, acheter une carafe à filtre à charbon si l’on trouve que l’eau du robinet a mauvais goût. En revanche, une carafe à filtre à calcaire est inutile. En effet, le calcaire n’est mauvais que pour les fers à repasser, cafetières et robinets. Le calcaire c’est du calcium et du magnésium, deux oligo-éléments bon pour la santé.
  • Réduire sa consommation de viande et privilégier un régime végétarien.  Un kilo de bœuf, c’est 35,8 kg d’équivalent carbone. Pour le poulet, c’est 6 kg.

Consommation

  • Acheter des vêtements résistants et indémodables pour les porter le plus longtemps possible.
  • Privilégier le fait maison, les fabrications et matières écoresponsables, le « Fabriqué en France ».
  • Faire réparer ce qui peut l’être plutôt que de jeter. Mais remplacer les appareils gros consommateurs d’électricité par des appareils plus économes.