Montre culte : la saga de Jaeger-LeCoultre Reverso

Ce modèle culte de haute horlogerie est né du besoin d’une montre que l’on pourrait porter au sport, sans risquer de casser son verre. Voici son histoire.

Si certaines montres deviennent des modèles cultes chez les passionnés de haute horlogerie, ce n’est pas en raison de leur préciosité. Mais parce qu’à leur création, elles ont présenté une innovation technique ou esthétique majeure. C’est le cas de la Reverso de Jaeger-LeCoultre, première montre dont le cadran peut être retourné. On peut aussi citer la Rolex Oyster, première à être étanche, la Chanel J12, premier modèle en céramique et première montre de haute horlogerie créée par une marque de haute couture.

La Reverso a été créée en 1931. Voici ce que raconte la légende : un certain monsieur César de Trey, distributeur Suisse de montres de luxe, est de passage dans les Indes, à l’époque colonie britannique. Il assiste à un match de polo, « le sport des rois ». L’un des joueurs, officier de l’armée britannique, a cassé la glace de sa montre pendant la partie. Il le met au défi de lui fournir un modèle à l’épreuve des chocs. Pendant un match, il était fréquent que les verres des montres des joueurs se cassent. Percutés par la balle ou par un coup de maillet, ou alors d’une chute de cheval. A l’époque le verre trempé quasi incassable qui protège de nos jours la plupart des cadrans, n’a pas encore été mis au point.

Le défi d’une montre incassable

César de Trey est un ami intime de Jacques-David LeCoultre. Celui-ci accepte le défi de concevoir un modèle qui résoudrait le problème rencontré par les joueurs de polo. La solution trouvée a été de concevoir un boitier qui se retourne. Il révèle alors le fond métallique qui offre la possibilité de personnalisation avec une gravure ou pourquoi pas un sertissage.

Depuis plus de 85 ans le design de la boite rectangulaire est quasi inchangé. Il est marqué par les influences art déco de l’époque, géométrique : forme rectangulaire, et trois godrons épurés. Unisexe, il a dès sa création été pensé également pour les poignets des hommes et des femmes.

Les mouvements sont aussi bien à quartz, mécaniques à remontage manuel qu’automatiques. Dans ce cas, ils se remontent tout seul quand on porte les porte. Les modèles les plus prestigieux comportent des complications horlogères. Comme l’incroyable Reverso Tribute Tourbillon Duoface et ses deux cadrans qui permettent d’indiquer deux fuseaux horaires, mais surtout d’avoir quasi deux montres. En haute horlogerie, un tourbillon, également appelé « cage tournante », améliore la précision en compensant des perturbations dûes à la gravité terrestre.

Quelques Jaeger-LeCoultre récentes

Voici un bel exemple de montre automatique avec ce modèle squelette de platine qui permet d’observer le mouvement des deux cotés et d’admirer ses rouages, engrenages et pierres précieuses.

Jaeger-LeCoultre crée évidemment bien d’autres modèles, notamment de forme ronde comme cette montre qui indique les phases de lune, la Master Ultra Thin Moon en acier que portait Taron Egerton à la première mondiale du film «Rocketman» au Festival de Cannes.

De son coté, Nicholas Hoult, ambassadeur de la marque porte une montre Jaeger-LeCoultre Reverso Classic Large Duoface Small Seconds en or rose lors des avant premières de ses films, ici “X-Men : Dark Phoenix” à Los Angeles avec un costume bleu sur une chemise jaune safran Givenchy.

Cet article a été écrit en collaboration avec Watchfinder site d’achat et de vente de montres d’occasion de luxe en ligne. Cette société anglaise a été créée en 2002. Elle possède un bureau à Paris où l’on peut prendre rendez-vous. Ce texte a été rédigé par nos soins en respectant notre ligne éditoriale pour fournir des informations utiles, factuelles et objectives sur le sujet traité.