Dans le haut du quartier Oberkampf, niché au bout d’une allée bordée d’un parc municipal on est au cœur de la ville et pourtant protégé des turbulences. C’est là, au 6 avenue Jean Aicard, que La Fine mousse fête son premier mois d’ouverture.  Le concept de ce « bar à bière », comme on dit bar à vin, est de rassembler des gens curieux et leur offrir une découverte, faire la connaissance des brasseurs méconnus et s’affranchir de la grande distribution qui a tant nuit à la réputation des bières de qualité.

Conçu comme un écrin pour la bière, le décor est brut, fauteuils de cuir, tonalités brunes « zinc » en béton ciré, rendu chaleureux par les lumières indirectes. Ce sont vingt bières servies à la pression dont les colonnes s’alignent le long des murs de pierres nues. C’est un bar pour les amateurs, ceux qui aiment les découvertes et les conditions les plus propices pour déguster et apprécier la bière. C’est aussi un lieu pour séduire le néophyte dont le premier contact avec les « bonnes bières » est souvent le fruit du hasard ou d’un partage.

Tout ici a été conçu et revu pour satisfaire les plus exigeants Un verre unique remarquablement dessiné pour la dégustation : design italien, fabriqué en Allemagne spécialement pour un bar parisien, un concentré de savoir faire européen. Pourtant, partir de 3€50 le demi, les tarifs ne sont pas supérieurs à ceux de nombreux bars parisiens.

Il ne viendrait à personne l’idée de secouer une bouteille de grand cru ou de la plonger au congélateur pour la rafraichir. Ainsi, le fut n’est pas roulé, il n’est pas chahuté, ici on respecte le produit. Le fût suivant est déjà prêt dans la chambre froide, posé 24h à l’avance pour éviter les chocs thermiques, sans manutention de dernière minute, c’est le tuyau de la tireuse qui se déplace. Les couleurs, les arômes, la complexité au palais, on se sent rassuré dans un univers dégustation, on découvre des saveurs pour tous les goûts, avec ou sans amertume.

La carte est riche évolue au rythme des saisons et fait tourner les sélections pour assurer variété et nouveautés. Faciliter la découverte des bières artisanales et permettre le contact avec les brasseurs, des produits du terroir, surtout Français voir Francilien. Si on parle de terroir, c’est qu’il y avait des traditions brassicoles régionales et parce que l’eau, sa dureté notamment, contraint et détermine la palette de possibilités offertes aux savoir-faire du Maitre-brasseur. «  Mon eau, je la subie » nous dit Emmanuel Rey, brasseur des Volcelest, bières bio en Vallée de Chevreuse. Et le résultat est enthousiasmant, elles ne sont pas bonnes mais excellentes !

Elvez Beladjal

photos : www.alexandremartin.fr

La Fine mousse est ouvert tous les soirs de la semaine jusqu’à 2h00. www.lafinemousse.fr

Et pour découvrir de bonnes bières chez soi, voici trois adresses de boutiques à Paris :

Chopp’in, 45 rue de Gergovie dans le 14ème  http://www.futsetbieres.fr/

La Cave à bulle 45 rue Quincampoix http://www.caveabulles.fr/

Le Phare 79 rue Saint Maur, une épicerie de quartier dont la sélection de bières artisanales s’accorde à des tarifs imbattables